Santa or not Santa : l’impossible mensonge

santa-or-not-santa

 

C’est parti le mois de décembre, les jolies déco, les sapins éclairés, les chocolats, l’attente du Père Noël.
Euh, oui, mais … finalement ai-je tellement envie de faire croire au Père Noël à mes enfants ?

 

J’ai toujours aimé Noël et la magie de la période des fêtes qui l’entoure (de l’avent à l’après) ! Il faut reconnaître qu’elle regroupe beaucoup de choses que j’aime : de bons petits repas, des moments en famille et entre amis, des maisons festives et décorées et une atmosphère particulière qu’on ne retrouve qu’à ce moment-là. Petite, je croyais à fond au Père Noël si bien que je n’ai, dans un premier temps, tout bonnement pas cru mes parents lorsqu’ils m’ont annoncé qu’il n’existait pas. Il me paraissait donc, il y a peu de temps encore, évident de transmettre cette magie de Noël à mes enfants, belle histoire du Père Noël comprise.

Oui, mais voilà …

Je m’efforce depuis la naissance de mes enfants de ne jamais les trahir : je suis transparente envers eux, je les préviens toujours de ce qu’il va se passer, je leur dis la vérité en toutes circonstances (même si elle leur déplaît ou peut créer des « drames » que j’aurais pu éviter en ne la leur disant pas : « j’ai dû jeter tes cailloux ou ce prospectus que tu voulais garder », « je vais partir mais je reviens après », etc.), je ne leur cache rien. Il me semble essentiel de pouvoir être toujours honnête envers eux car cette franchise me paraît être le ciment d’une relation saine, respectueuse et bienveillante. Que devient, dans ce contexte, cette merveilleuse histoire du Père Noël qui, certes, met de la magie dans les yeux des enfants, mais repose tout de même sur un mensonge qu’on leur raconte sciemment ? Que ressentiront mes enfants lorsque, dans quelques années, Damien et moi leur avouerons que cette histoire est fausse, que nous l’avons inventée pour participer à cette magie ? Ne se sentiront-ils pas trahis ? Qu’adviendra cette confiance incontestée qu’ils avaient fondée en nous ? Ce mensonge, car il en est tout de même un, n’est finalement pas vraiment en phase avec ma vision bienveillante de l’éducation ni avec ma manière d’élever mes enfants. Alors, il me dérange.

 santa-or-not-santa

 

Mais pourquoi le Père Noël me pose problème ?

1)- Le « traumatisme » de l’annonce 

Il me semble que beaucoup d’entre nous se souviennent du moment où ils ont appris que le Père Noël n’existait pas. On se souvient de l’annonce plus ou moins solennelle des parents ou du copain d’école qui a gaffé (voire qui était trop fier d’être dans la confidence et nous l’a révélé, trop content de faire partie du monde des grands). Si ce souvenir est encore ancré en nous, n’est-ce pas quelque part car il nous a marqué, qu’il a laissé des traces ? Ça y est, nous savions cette chose que nous soupçonnions ou dont nous n’avions pas idée. Quelque chose avait changé.

En ce qui me concerne, je visualise très bien la scène, je me souviens de la manière dont mes parents me l’ont dit, du camping car de Barbie (que j’avais reçu au Noël précédent) avec lequel j’étais en train de jouer lorsqu’ils m’ont fait cette révélation. Sur le coup, je ne me suis pas sentie traumatisée mais je me souviens ne pas avoir compris. J’y croyais dur comme fer, leur ai répondu, dans un premier temps, que ça n’était pas possible (arguments, ou presque 😉 , à l’appui). Et ensuite, cette incompréhension donc : Pourquoi m’avait-on menti ? …
Je ne leur en ai pas voulu : j’ai adoré croire au Père Noël et je n’ai jamais cessé d’aimer Noël ; peut-être en partie grâce à cette magie que le Père Noël avait créée.

Je sais que certains l’ont mal vécu, et à juste titre quelque part : leurs propres parents leur avaient menti.

 

2)- Le Père Noël comme moyen de chantage

Qu’on le veuille ou non, je pense qu’il arrive toujours un moment, lorsqu’on fait croire ses enfants au Père Noël, où, sous le coup de la fatigue, du stress, de la pression du quotidien, le parent finit par « utiliser » le Père Noël pour parvenir à ses fins : « Si tu n’es pas sage, j’appelle le Père Noël » ou « Le Père Noël saura que tu n’as pas écouté, il ne t’amènera pas de cadeau ».

D’ailleurs, le concept entier du Père Noël n’est-il pas basé sur ça ? J’ai été sage donc j’ai droit à des cadeaux.

Et puis d’abord, je ne veux pas que mes enfants soient sages, je ne veux pas qu’ils « obéissent » ni qu’ils se soumettent ; je veux qu’ils soient heureux, qu’ils apprennent à déceler ce qui est bien ou non pour eux et pour les autres mais en se sentant libres de dire ce qu’ils pensent, en se considérant sur un pied d’égalité avec l’adulte, et en ayant le droit de dire qu’ils ne sont pas d’accord.

Le Père Noël ne repose-t’il pas sur un ancien modèle d’éducation ?

 

3)- La valorisation de la surconsommation

Ce qui me dérange avec la fête de Noël, c’est la surconsommation qu’elle génère. Autant ça ne me gêne pas de gâter mes proches et de me lâcher sur le repas, autant j’ai du mal avec le côté automatique de la chose et l’obligation d’acheter pour acheter, sans finalement tant se soucier que ça du plaisir de recevoir que la personne en face aura, sans véritablement chercher à dénicher le cadeau qui nous semble parfait pour cette personne, et sans parfois prendre tant de plaisir que ça à offrir.

Dans le joli concept du Père Noël, ce qui me semble moins joli, c’est cet apprentissage à réclamer que nous inculquons à nos enfants. La liste au Père Noël en est le parfait exemple : je voudrais ça, et puis ça et encore ça. Nous apprenons à nos enfants à surconsommer, voire à être déçus s’ils ne reçoivent pas les cadeaux demandés. Est-ce réellement une valeur que nous souhaitons leur transmettre in fine ?

 

4)- L’infantilisation de l’enfant

Finalement, faire croire nos enfants au Père Noël n’est-il pas infantilisant et quelque part irrespectueux ? Ne faisons-nous pas un peu offense à l’intelligence de nos enfants en leur racontant une histoire si peu crédible ?

Ce Père Noël qui est à la fois en train de préparer tous les cadeaux, qui est débordé et n’a pas une minute à nous consacrer mais qu’on croise partout : dans les centres commerciaux, dans les centre-villes, parfois même démultiplié.

Ce Père Noël qui amène discrètement les cadeaux par la cheminée (ou par je ne sais où car beaucoup de gens n’ont plus de cheminée aujourd’hui) et qui repart aussitôt pressé de finir sa tournée mais qui parfois prend le temps de passer nous dire bonjour lors du réveillon.

Ce Père Noël qui est censé nous connaître si bien, mais qui visiblement nous demande notre prénom lorsqu’on s’assied sur ses genoux pour prendre une photo sur laquelle il apparaît si différent de l’année dernière.

Ce Père Noël capable de faire le tour du monde en une seule nuit … (Bon ok, ça c’est de la magie qui peut faire rêver les enfants)

 

santa-or-not-santa

 

La magie de noël passe-t’elle nécessairement par le bonhomme en rouge ?

Je pense que quelque part, si. Non ?

Mais est-ce qu’écouter des chants de Noël, décorer une maison, manger des repas de fête et des chocolats, compter les jours avant Noël, se réunir en famille et entre amis, faire la fête et recevoir des cadeaux ne serait pas suffisant ?

Est-ce que, par exemple, demander aux enfants de préparer et d’emballer les cadeaux avec nous, les inclure dans ces valeurs de partage et de générosité ne serait pas plus gratifiant et nuiraient à cette magie ?

Ma question reste ouverte car je n’ai pas la réponse … Qu’en pensez-vous ?

 

 

Ce que nous avons finalement fait ?

Damien tenait à ce que l’on prolonge cette magie, car il estimait que le mensonge en valait la peine : pour lui, le Père Noël, c’était comme n’importe quelle surprise que l’on prépare pour ses enfants. Certes, on leur cache ce qui se passe, mais c’est pour entretenir la magie de l’enfance. (Argument hautement recevable, que je conçois et qu’une partie de moi partage complètement).

Mais quand-même, une surprise, ça dure 10 minutes, 1 heure, 1 journée et ça se résume à cacher quelque chose, pas inventer une autre histoire pendant 6 ans … À mesure que Loulou grandissait, j’étais un peu perdue car il nous faudrait bientôt trancher sur cette histoire de Père Noël.

Finalement, une discussion que j’ai eu l’année dernière avant Noël avec la marraine de Loulou m’a apporté mes réponses. Elle m’a fait remarquer que je pouvais peut-être trouver une 3ème voie : ne pas leur parler du Père Noël si je n’étais pas à l’aise avec le fait de leur mentir. La famille, l’école, les copains rendraient de toute façon ce Père Noël bien présent dans l’esprit de mes enfants. Je pouvais très bien ne pas leur parler de l’existence ou non du Père Noël et me montrer honnête lorsqu’ils me poseraient la fameuse question. Pour ne pas gâcher leur plaisir s’ils souhaitaient y croire, je pourrais alors commencer par leur demander ce qu’ils en pensaient eux, et selon leurs réponses, leur dire la vérité en insistant sur le fait qu’ils avaient le droit d’y croire quand-même s’ils le souhaitaient car c’était une jolie histoire. Et dans tous les cas, ne jamais me servir de cela comme une manière d’obtenir quelque chose d’eux.

Elle est super la marraine de Loulou ! Je trouve que cette 3ème voie me correspond bien. Elle reste bienveillante, sans les exclure de cette magie. Mais du coup, chez nous, pas de liste au Père Noël pour l’instant (Loulou, du haut de ses 3 ans, n’a pas, de toutes façons, pas encore connaissance du concept) mais seulement une interrogation sur ce qui lui ferait plaisir pour Noël (il m’a répondu « Un pain au chocolat » 🙂 ) et je pense que la magie est tout de même intacte.

Et vous, que pensez-vous du Père Noël ? Comment créez-vous cette magie de Noël ? Et pour vous, le Noël parfait, c’est quoi ?

 

santa-or-not-santa

 

Je vous embrasse.

À très vite.

Céline.

 

PS : le blog fête ses 3 mois  aujourd’hui ! À cette occasion, je vous donne rendez-vous demain soir pour un petit concours sur instagram (Il n’y aura donc pas d’article « Coup de coeur » demain ! 😉 )

 

 

2017-12-13T18:57:15+00:00 4 décembre 2017|Vie quotidienne|26 Commentaires

26 Comments

  1. caro 4 décembre 2017 at 8 h 22 min - Répondre

    Merci pour ce bel article ! De mon côté, je ne parle pas du Père Noël, mais j’ai expliqué à mes enfants qu’à cette période, on a coutume de faire des cadeaux aux gens qu’on aime (mes 2 grands ont 4 ans et 2.5 ans). Je leur ai dit d’y réfléchir et que je pouvais les aider s’ils en avaient besoin. Du coup, on va fabriquer un mémory pour leur cousine, avec leurs coloriages !

    • Maman du 21ème siècle 4 décembre 2017 at 13 h 25 min - Répondre

      C’est super de pouvoir les impliquer et leur inculquer que c’est une période où l’on pense particulièrement aux autres ! Très belle idée de les responsabiliser dans la création de leurs cadeaux : j’aime beaucoup ! Merci pour ton témoignage !

  2. Picou 4 décembre 2017 at 10 h 47 min - Répondre

    Je comprends tes arguments…mais pour moi c’est la magie de noël, la féerie qui prime sur le reste, j’ai de tellement beaux souvenirs emerveillés de cette période, que j’ai envie (et plaisir) de le transmettre à mes filles à leur tour! Je ne compte pour autant pas donner dans le chantage au père noel, ni leur mentir de trop, je me contente du minimum. Mais c’est vrai que le déballement commercial me gêne un peu…pourtant ça reste pour moi un moment tellement joli pour se retrouver en famille, penser à ses proches et s’offrir ensemble des petits plaisirs du quotidien! C’est cette ambiance là qui fait noel pour moi.

    • Maman du 21ème siècle 4 décembre 2017 at 13 h 27 min - Répondre

      Tu as raison : la magie de Noël est vraiment belle et fait partie des beaux souvenirs d’enfance. Je suis moi aussi une grande fan de cette période et j’espère que je parviendrai à transmettre cette saveur particulière de décembre à mes enfants (même sans nécessairement de Père Noël … ?). Merci pour ton petit mot ! Bisous.

  3. MamanDe4 4 décembre 2017 at 11 h 53 min - Répondre

    Pour les mêmes arguments que toi, on ne leur a jamais fait croire au Père Noël. On ne leur a pas dit non plus qu’il n’existait pas. Ainsi, ils choisissent d’y croire s’ils veulent (entrainés par les copains à l’école) ou non.. Pour les cadeaux, c’est une liste de Noël et non une liste au Père Noël. Quand ils me demandent s’il existe, je leur demande ce qu’ils pensent et ce qu’ils aimeraient et les laissent dans leur imagination.
    Donc pas de mise en scène pour l’arrivée du père Noël, ils déposent juste leur petits souliers sous le sapin et découvrent les cadeaux au petit matin.
    Ensuite, dans la famille élargie, les oncles/tantes donnent directement les cadeaux et là ils peuvent les remercier et c’est important aussi. Et la magie est tout autant présente dans ces moments, car l’important pour eux est de recevoir des cadeaux, d’où qu’ils viennent !
    voilà pour chez nous 🙂

    • Maman du 21ème siècle 4 décembre 2017 at 13 h 33 min - Répondre

      C’est rassurant d’avoir des retours comme le tien ! Merci de me confirmer que les enfants peuvent ressentir cette magie, même sans Père Noël (c’était un peu ma crainte). Mais je pense qu’ils y croient de toutes façons (en tous cas, ils aiment y croire) en entendant les copains. En grandissant, je pense qu’ils voudront aussi faire une liste de Noël. Que dis-tu du coup si, eux, te parlent de liste au Père Noël ? Tu rectifies ou tu laisses dire ?
      Chez nous, Noël se fête et le 24 et le 25 avec la famille élargie … du coup, il y a toujours une petite mise en scène, mais peu importe. Je ne pense pas que ça change grand chose : ceux qui y croient et les autres sont de toutes façons sous le charme de l’instant à ce moment-là.

  4. Raphaëlle 4 décembre 2017 at 16 h 46 min - Répondre

    J’ai participé au « mensonge » pour mes 3 enfants avec grand plaisir et sans culpabilité. La joie, la surprise, l’émerveillement dans leurs yeux et leur excitation face à cet événement magique sont tellement réjouissants! Et je les ai laissé découvrir la vérité à leur rythme. C’est souvent en CE1 que le doute s’installe pour de bon et qu’ils se posent des questions sans oser les formuler à haute voix: ça rendrait cette incertitude réelle! Et mon numéro 3 en est là.
    Ils n’en ont pas souffert, moi non plus enfant et j’ai aussi adoré y croire.
    Ce n’est pas un mensonge pour mentir mais pour faire rêver et les enfants le comprennent bien et sont heureux d’être dans la confidence à leur tour quand ils grandissent, perpétuant la magie.
    Bref, je suis pour préserver cette tradition. Là où je te rejoins, c’est que le Père Noël ne doit pas être utilisé pour du chantage. C’est pas très constructif.
    Bonnes fêtes!

    • Maman du 21ème siècle 5 décembre 2017 at 13 h 54 min - Répondre

      Merci beaucoup pour ton partage d’expérience ! C’est d’autant plus intéressant que la plupart des gens qui ont des points de vue divergents ne laissent pas de commentaire. Or, c’est à travers les échanges et les différences qu’on évolue ! Donc merci encore 🙂 Je pense que je laisserai les enfants croire à ce qu’ils veulent croire pour ne pas abîmer cette belle magie, sans toutefois l’entretenir. Joyeuses fêtes à toi aussi !

  5. Anju 4 décembre 2017 at 17 h 07 min - Répondre

    Mon fils a 16 mois et je découvre « ce débat » autour du Père-Noel.. Très intéressant! Je suis plutôt de l’avis de dire, on n’en parle pas et les autres s’en chargeront pour nous. J’aime bien l’idée de les impliquer dans les cadeaux et le plaisir qu’ils ont de voir que le cadeau qu’ils ont choisi plait à la personne…parce que c’est bien ça le but: faire plaisir , voir les visages s’émerveiller..
    Mon mari, lui, a peur qu’il dise à tout le monde que le Père-Noel n’existe pas.. Ce que je ne veux pas: c’est que mon fils, comme mes neveux (par alliance) y croient dur comme fer, et personne ne peut se remercier à Noel car « chut c’est le Père-Noel qui fait les cadeaux ». Si on ne peut même pas se dire merci alors là pour moi on nage dans l’anti-Noel. Question de point de vue je crois!
    Joyeux Noel en tout cas !!

    • Maman du 21ème siècle 5 décembre 2017 at 14 h 01 min - Répondre

      Oui, c’était comme ça chez nous aussi : on faisait tellement croire au père Noël que chaque mot était étudié pour qu’il n’y ait pas de gaffe, d’où ma surprise totale quand on m’a révélé la vérité …
      Merci beaucoup pour ton petit mot !! Ça me fait tellement plaisir d’échanger avec chacun : c’est aussi pour ça que j’écris ! 🙂
      Joyeux Noël à toi aussi ! 😀

  6. Bulle 4 décembre 2017 at 17 h 36 min - Répondre

    Je me souviens m’être posée les mêmes questions que toi, lorsque mes filles etaient petites.
    Lorsqu’elles ont decouvert que le pere noel n’existait pas, je leur ai expliqué que c’etait un joli conte qui se transmettait dans les familles depuis des generations. Qu’a leur tour, lorsqu’elles seront maman, elles transmettront ce joli conte à leurs enfants.
    La magie de noel est quelque chose de merveilleux, qu’il est important d’entretenir au fil des generations.
    Elles n’ont pas été choquées, ni perturbées, lorsqu’elles ont appris que le pere noel n’existait pas, au contraire, elles etaient heureuses de passer dans la cour des grands pour transmettre aux petits cette belle tradition.

    Je trouve ton article très interessant, et très beau….

    • Maman du 21ème siècle 5 décembre 2017 at 14 h 04 min - Répondre

      Je pensais comme toi aussi il y a peu car, pour moi aussi, Noël est vraiment une période magique !
      J’espère pouvoir transmettre cette ambiance, cet amour de Noël à mes enfants, car c’est une période enchantée dans les familles.
      Merci beaucoup pour ton commentaire !! 🙂

  7. Laurent 4 décembre 2017 at 23 h 33 min - Répondre

    Tes questions me laissent penseur. J’avoue qu’avec un peu de recul tout ce côté cadeaux ne rentrent tellement plus dans mes valeurs et pourtant la simple énonciation du mois de décembre me fait balayer toutes mes réflexions quotidiennes.

    Après de notre côté, c’est facile, on a saint-nicolas qui remplit le côté féerique et magique et on a Noël ou chacun s’offre des cadeaux en pensant très fort à ce qui rendrait vraiment heureux celui qui les reçoit.

    Et dans les autre conseils alternatifs, il y a aussi celui qui dit que c’est toi qui offre « de la part de St-Nicolas », tu enlèves toute la partie basée sur sa tournée en une nuit et tu te concentres sur le fait que tu fais un cadeau en mémoire d’une personne qui a sauvé des enfants. Mais pas certain que tu puisses utiliser ce raisonnement pour le père Noël, produit de consommation par excellent ;o)

    Mais dans l’ensemble, je trouve justement que c’est notre rôle en tant que parent de montrer un monde où les miracles peuvent arriver, où des moments merveilleux et simples se produisent chaque jour et Noël c’est un peu ça, rappeler qu’il y a de la magie dans ce monde. Je ne me sens pas plus « menteur » en perpétuant une tradition et en racontant cette histoire que lorsque je raconte une histoire sur les sirènes ou les licornes. Au final, l’important n’est pas de savoir si c’est vrai ou non, l’important c’est de se laisser transporter.

    • Maman du 21ème siècle 5 décembre 2017 at 14 h 13 min - Répondre

      Merci beaucoup pour ton point de vue, que je rejoins beaucoup (d’où ma difficulté de positionnement) : je pense en effet que la période de Noël est une période féérique où l’on peut se permettre de faire une trêve sur tout le reste pour entretenir la magie.
      Mais je ne veux pas être à l’origine de cette histoire de père Noël ni l’entretenir.
      Je commence à répondre à Loulou qui, au contact de l’école, me parle du père Noël : je veux bien lui raconter l’histoire évidemment, comme je le ferais pour n’importe quelle histoire d’enfants ; mais je ne veux pas lui insuffler l’idée que le père Noël vient vraiment à la maison, etc. Donc pas de verre de lait et de biscuits qu’on lui laisse, pas de « au dodo, le père Noël vient cette nuit », pas de liste au père Noël mais plutôt un « bonne nuit, je crois que c’est demain matin qu’on recevra les cadeaux », « Qu’est-ce qui te ferait plaisir pour Noël ? Et qu’est-ce qui pourrait faire plaisir à ton frère, à Papa ? » etc.

  8. Delphine 5 décembre 2017 at 0 h 27 min - Répondre

    Salut Céline,
    J’adore tes articles… ils me passionnent !
    Ça fait longtemps que je voulais écrire qqch en réponse, alors là le père noël… c’est une affaire qui me touche !!!!
    Comme toi j’aime noël, la magie, la fête, la famille… (même si aujourd’hui pour nous ce n’est plus tout à fait pareil)…
    Petite moi aussi j’ai cru au père noël, donc incontestablement j’ai fait croire à mes enfants à cette histoire… de manière très poussée pour Laurine (avec tout un rituel autour du calendrier de l’avent), un peu moins pour Julie et je me rend compte aujourd’hui que sans entretenir des histoires, Élisa se persuade seule… alors…
    Mais une chose est sûre, je n’ai jamais utilisé le père noël comme chantage… le vieux bonhomme rouge et blanc est seulement l’acteur de cette fête magique que j’ai aimé durant des années.
    Lorsqu’il a été question d’aborder le sujet de sa réelle identité… j’ai fait comme ma mère en répondant « c’est une merveilleuse histoire pour les enfants et ceux qui veulent encore y croire… »
    Ma sœur à été TRAUMATISÉE d’apprendre que le père noël n’existait pas… depuis elle déteste noël…
    Moi je suis toujours autant une petite fille à l’approche de cette jolie fête… ce week-end c’était déco et illuminations de la maison (nous sommes une des rares maisons de notre rue à mettre des guirlandes lumineuses) et ce programme c’est le calendrier de l’avent 2017 nouvelle formule… les filles l’adorent cette année… chaque jour nous avons une chose à faire tous les 5… ça remplace les bonbons ou chocolats… et c’est super ! Hier on a fait des gaufres, il y aura ciné, marché de noël, plateau tv… les idées ne manquent pas ! C’est un bonheur !
    Je t’embrasse ainsi que tes loulous !

    • Maman du 21ème siècle 5 décembre 2017 at 14 h 24 min - Répondre

      Merci Delphine, ça me touche beaucoup !!! Je ne savais pas que tu me lisais … 🙂 Et je suis contente d’avoir des nouvelles de toute la famille !
      Je me souviens que vous illuminiez déjà bien votre balcon à l’époque … 😉

      C’est très sympa ce programme quotidien de l’avent : je garde l’idée pour quand les enfants seront un peu plus grands !! Je pense que ça contribue autant (si ce n’est plus) à la magie de Noël que l’histoire du vieux monsieur. 😉

      C’est intéressant l’exemple de ta soeur et du tien, montrant d’une part que l’annonce peut en effet être mal vécue, et d’autre part, que chaque enfant réagit différemment (comme pour tout en fait 😉 ) au sein d’une même fratrie. Ça me conforte dans mon idée de ne rien insuffler et de laisser mes enfants choisir ce à quoi ils veulent croire sans pour autant en faire des tonnes ni leur mentir.

      Un grand merci donc pour ton témoignage ! Et n’hésite pas à revenir me laisser un petit mot de temps en temps ! 😉

      Bises à tous, et joyeuses fêtes !!

  9. Delphine 5 décembre 2017 at 0 h 40 min - Répondre

    Bon anniversaire de blog ! 😉

    • Maman du 21ème siècle 5 décembre 2017 at 14 h 25 min - Répondre

      Merci 😉

  10. Claire 5 décembre 2017 at 12 h 16 min - Répondre

    Je viens juste de découvrir ton article grâce à la sélection Hellocoton et je suis ravie.
    Je partage exactement le même point de vue que toi et j’ai également choisi la 3ème option comme toi 🙂
    Je ne parlerais pas du père noël à ma fille, mais si elle souhaite y croire, je la laisserai y croire. Si elle me pose des questions, je lui demanderais ce qu’elle en pense, simplement 🙂

    • Maman du 21ème siècle 5 décembre 2017 at 22 h 09 min - Répondre

      Merci beaucoup pour ton petit mot !! 🙂
      Je crois que de plus en plus de parents choisissent cette « 3ème voie », nous ne sommes pas les seules ! 😉

  11. Madame Bobette 5 décembre 2017 at 12 h 23 min - Répondre

    Je trouve cette troisième voie plutôt pas mal. On a choisi de faire croire au Père Noël à Tess mais on ne va pas rentrer non plus dans le jeu infernal du mensonge. Et quand elle posera la question, elle aura la réponse par elle même sans qu’on vienne briser son rêve. Personnellement, je n’ai aucun souvenir du jour où je n’ai plus cru. Je crois que ça s’est fait naturellement car mes parents ne m’ont jamais vraiment caché l’achat des cadeaux de noël ou autre et j’espère que ça sera pareil pour Tess.

    • Maman du 21ème siècle 5 décembre 2017 at 22 h 13 min - Répondre

      Si les parents ne sont pas à fond, c’est sûr que la vérité apparaît progressivement et en douceur. Ça doit être plus simple à gérer pour l’enfant.
      Merci pour ton commentaire !! 🙂

  12. Madame Lavande 5 décembre 2017 at 13 h 00 min - Répondre

    La période de Noël est pour moi synonyme de retour en enfance. Je comprends bien cette envie de ne pas mentir et je la partage mais pour moi la magie de Noël passe quand même beaucoup par le père Noël. Je pense que j’ai petit à petit compris les choses en grandissant car mes parents ne m’ont jamais menti mais je n’ai pas de souvenir précis du moment ou j’ai découvert que le père noël n’existait pas. Avec la Biscotte nous adopterons finalement un peu ta 3e voie : on fera comme si le père Noël existait tant qu’il n’y aura pas de questions, mais on répondra honnêtement si les questions se posent 😉

    • Maman du 21ème siècle 5 décembre 2017 at 22 h 21 min - Répondre

      Oui, l’essentiel est de rester honnête et de prolonger la magie de Noël de la manière avec laquelle on est le plus à l’aise.
      Merci pour ton petit mot ! 😀

  13. Nous les Mamans 8 décembre 2017 at 21 h 57 min - Répondre

    Coucou Céline,

    notre fille va bientôt avoir deux ans (le mois prochain). L’année dernière la question du père noël ne s’est pas trop posé, mais cette année j’ai mis les pieds dans le plat. J’en ai parlé avec son papa pour lui dire que de mon côté je n’avais pas trop envie de faire croire au Père Noël à notre fille, cependant lui de son côté est totalement pour lui faire croire au vieux barbu…

    J’ai donc décidé de ne pas vraiment évoquer le père noël à ma fille (la famille s’en charge très bien). Je pense que le père noël ne fait pas tout dans cette si jolie fête puisque pour moi c’est avant tout une fête basé sur le partage qui permet de vivre de beaux moment réunis en famille.

    Je suis déçue de ne pas pouvoir préparer les paquets avec ma fille. J’ai acheté du papier hier et j’ai failli lui dire que c’était pour emballer les cadeaux de Noël et j’aurais aimé qu’elle me voit faire et qu’elle puisse pourquoi pas offrir elle même les cadeaux de ses cousins et cousines.
    Pour moi l’absence du Père Noël n’enlève rien à la magie de Noël! Franchement, quel enfant se sent rassuré de savoir que telle nuit un gros monsieur barbu va rentrer dans sa maison. Aussi gentil soit-il (quoi que… « tu as intérêt d’être sage! »). Je trouve que c’est une fête commercial (comme les autres) qui perd tout son sens…

    J’ai demandé dit au Papa de ma fille que je n’allais pas lui dire la vérité mais que je ne souhaitais pas qu’elle fasse de liste (je n’aime pas du tout ce principe de « réclamer » si ou ça) d’ailleurs je n’en ai moi même pas souvenir d’en avoir fait un jour!

    On verra quelle tournure cela prendra. On s’imagine toujours les choses de telle façon mais rien ne se passe jamais comme on l’imagine ^^

    Belle soirée à toi

    • Maman du 21ème siècle 9 décembre 2017 at 18 h 58 min - Répondre

      Tu as tout très bien résumé : nous sommes d’accord sur toute la ligne ! 🙂
      Oui, le monsieur en rouge et blanc n’est pas si bienveillant finalement, et il n’y a pas que la famille pour entretenir le mythe. Dans le bus, pas plus tard qu’hier, un monsieur a dit à Loulou « C’est bientôt Noël, il faut être sage, sinon le Père Noël n’amènera pas de cadeau ». Ce à quoi, Loulou a répondu avec beaucoup d’assurance : « De toutes façons, moi, je suis tout le temps sage ! » Non, mais … 😉

Leave A Comment