Débranchons-nous !

debranchons-nous

Et si cultiver le bonheur et de savourer l’instant présent passaient aussi parfois
par le fait de se déconnecter, de couper, pour nous permettre de nous recentrer sur l’essentiel ?

 

Quand mon téléphone nuit à ma vie sociale

Comme il est appréciable de sortir son téléphone et de pouvoir, d’une seule main, prendre des photos, écouter de la musique, consulter nos mails pro et perso, nous laisser guider jusqu’à notre point d’arrivée, savoir s’il fera beau demain et combien de retard aura notre train, faire des courses et utiliser nos applis préférées, etc.

Mais cette facilité déconcertante finit, qu’on l’admette ou non, par nous rendre hautement dépendants de nos petits objets connectés, tellement dépendants qu’on ne voudrait pourrait plus faire sans.

Soit.
Est-ce vraiment un problème d’être dépendants d’un objet que nous avons toujours à portée de mains, et pour lequel, les rares fois où ça n’est pas le cas (téléphone oublié, batterie à plat, écran éclaté), nous finissons toujours par trouver une solution (demi-tour pour aller chercher le fameux objet, recherche de chargeur auprès de tous nos collègues – parfois même des gens dont nous ignorions presque l’existence, stand de remplacement d’écran express) ?

Le principal souci, à mon sens, est la place qu’ils ont fini par prendre insidieusement dans nos vies, et pire encore, la manière dont ils changent nos rapports à l’autre, notre lien social.

 

Et tout le paradoxe est là.

 

Ces outils sont censés rapprocher les gens (puisque accessibles partout), et les réseaux sociaux (Facebook, instagram, twitter et j’en passe) qui fourmillent sur la toile en remplissant l’espace de stockage de nos iPhone ont été conçus sur la base de l’échange, de l’interaction. Or ils finissent, par la place qu’on leur accorde, à nuire au lien social.

 

 

Lors des soirées entre amis

Désormais, lorsque nous passons une soirée entre amis, il y a TOUJOURS un moment où quelqu’un sort son portable (en général d’abord pour nous montrer un truc super intéressant qu’il ne faudrait rater en aucun cas) puis, parce qu’il y pense, nous envoyer autre chose dans le même style qu’il fallait qu’il nous montre ab-so-lu-ment, puis encore cet extrait de spectacle qui a l’air si bien, et finalement une copine rebondit sur ce spectacle car ça lui fait penser à cette chose à montrer au copain qui n’était pas là la dernière fois qu’elle en avait parlé ; et finalement tout le monde se met à regarder l’écran voire les écrans (car plusieurs sont allumés en simultané) et plus personne ne se contente d’apprécier la présence des gens qui sont autour. Il faut alors insister, parfois lourdement, pour que chacun range son doudou (il s’agit bien de cela, non ? 😉 ) et que nous puissions reprendre le cours « normal » de notre soirée.

Honnêtement ce genre de scènes me déprime un peu. N’est-on plus capables de se regarder dans les yeux, d’être véritablement présents pour les gens qui sont là, en face de nous et de n’être là que pour eux ? Quel message envoie-t-on aux personnes présentes lorsque, sur une soirée entre amis de 3 heures, nous passons finalement 40 minutes sur notre téléphone (« Comment ça 40 minutes ?! Je pensais sincèrement avoir juste fait une parenthèse pendant 10 minutes ! » …) ? Qu’il nous est plus intéressant de regarder une vidéo (que l’on pourrait voir seul chez soi) que de profiter de la présence de nos amis ? Qu’ils ne nous suffisent plus ? Que nous avions finalement mieux à faire ? Non, bien sûr ; nous ne voulons pas qu’ils pensent cela ! Nous apprécions sincèrement leur présence et cette soirée. Et ça n’était qu’une vidéo (qui nous en a finalement fait regarder 5, sortir 3 autres téléphones – qui à eux 3 ont dispersé l’attention de presque toutes les personnes présentes – et fait démarrer 3 conversations individuelles au lieu de la discussion à laquelle nous prenions tous part juste avant) au milieu d’une soirée. Au temps pour moi. Mais, en toute conscience, il n’y avait pas de mal … si ?

Attention, je ne jette la pierre sur personne, il m’arrive aussi de me comporter comme cela. Mais, plus je vieillis j’avance en âge et chemine vers le bonheur, plus je me rends compte à quel point ce monde ultra connecté qui nous rend la vie plus facile peut aussi venir gâcher nos plus beaux moments. Et, en ayant conscience de ce phénomène qui a le don de m’attrister, j’essaie de me comporter de moins en moins de cette manière.

 

Dans la vie de tous les jours

Chaque jour pourtant, il est tellement facile (et tentant ?) de simplement jeter un oeil rapidement à son téléphone (c’est-à-dire à nos textos, puis nos mails, puis à facebook, puis à instagram, puis rapidement à un site qui nous semble intéressant. Puis ai-je reçu un nouveau mail entre temps, non ? Bon, alors je coupe … jusqu’à la prochaine fois … dans 10-15 minutes). L’intérêt d’un téléphone portable n’était-il pas à la base de nous faciliter la vie, de nous aider ? L’intérêt d’un réseau social n’était-il pas de créer ou resserrer des liens, de reprendre contact avec des gens que nous avions perdu de vue pour ensuite les revoir dans la vraie vie si le coeur nous en disait ? Comment en sommes-nous au point où le téléphone et les écrans finissent par nous éloigner de nos proches ? Pourquoi ai-je l’impression qu’ils finissent par endommager nos relations dans la vraie vie (nous faisant survoler superficiellement certaines discussions qui auraient pu être approfondies si elles n’avaient été interrompues par un appel, un texto, une notification à la c.. qui nous sembleraient nous indiquer qu’il nous est obligatoire de stopper ce que nous sommes en train de faire et d’apprécier pour nous plonger inéluctablement dans le virtuel) ? Pourquoi ai-je la sensation que nous devenons de plus en plus le serviteur de l’outil qui devait le nôtre ?

 

Au quotidien, combien de fois regardons-nous nos écrans alors que nous dînons en amoureux, jouons avec nos enfants, achetons quelque chose chez un commerçant, etc 😉 ? Tous ces moments ne seraient-ils pas plus riches et humains sans smartphones ?

 

Quel message mes enfants perçoivent-ils lorsqu’ils me voient sur mon téléphone en leur présence ? Quelle estime d’eux-mêmes se construit alors ? Ne me sont-ils plus suffisants et sont-ils suffisamment insignifiants pour que je les relègue au second plan après Facebook ????

Un jour, en voyant que j’allais attraper mon téléphone, Chaton a poussé un « Non !!! » si franc et net que j’ai bien compris qu’il en avait assez de mon tête à tête (si ponctuel soit-il) avec mon téléphone en sa présence. Ça n’a fait que me confirmer à quel point un simple téléphone peut nuire à la vie de famille, au bon développement affectif de mes enfants (qui sont, de fait, mis à l’écart lorsque je suis absorbée par autre chose), combien il peut donc générer une sensation de rejet à leur encontre. Inutile de vous préciser que ça n’a fait que me conforter dans la nécessité de couper.

Et puis, quelle légitimité aurais-je vis-à-vis de mes enfants, devenus adolescents, lorsque je leur demanderai de lever leur nez de l’écran pour me dire bonjour et de le laisser en dehors de la table pendant les repas, si eux-mêmes se sont sentis passer après mon téléphone durant leur enfance ? Est-ce le genre de relation que j’ai envie d’entretenir avec eux ?

 

instant-de-bonheur-deconnecte

Instant de bonheur déconnecté – © Photo : The Tamarind Tree

 

Quand, même seule, il m’empêche de profiter de l’instant présent

Quand nous nous réveillons, regarder nos applis-routine, la météo, les news pour démarrer la journée,
Quand nous sommes dans un train, regarder nos mails pour gagner du temps,
Quand nous marchons dans la rue, écouter de la musique en surfant sur les réseaux sociaux,
Quand nous traversons la rue ou en conduisant, jeter un oeil sur le téléphone,
Quand nous travaillons, s’arrêter lors des notifications push qui apparaissent régulièrement,
Quand nous attendons désespérément un train ou dans l’ascenseur, répondre aux textos, whatsapp, messengers, tweets, messages privés que nous avons « en retard »,
Quand nous cuisinons, regarder une émission en replay,
Quand nous mangeons, prendre en photo notre plat et le poster sur les réseaux sociaux,
Quand nous allons nous coucher, vérifier une dernière fois qu’il ne nous manque rien de ce flux permanent …
Pour mieux recommencer demain matin.

Vient un temps où les petites routines du quotidien sont pleines de ces habitudes connectées. C’est ainsi que je me suis rendue compte que, même les rares fois où j’étais seule, je ne l’étais jamais vraiment. Je ne prenais pas ce temps pour moi comme un temps à moi. Et cela nuisait à mon bonheur. Être au calme, prendre le temps de me ressourcer, mettre mon cerveau en mode avion et ne plus avoir à la désagréable sensation d’être dérangée toutes les 10 minutes.

Désormais, je me demande comment serait ma vie si je consacrais mon énergie à autre chose :
Me réveiller en prenant 5 minutes pour apprécier cette nouvelle journée qui commence (avant de me lancer dans le rush d’une nouvelle journée),
Dans le train, pouvoir lire des livres qui me font du bien et me permettent de m’évader ou d’apprendre (sur l’éducation, sur le bonheur, sur moi),
Dans la rue, regarder le paysage ou les gens qui se trouvent autour de moi, éventuellement  leur sourire, leur parler,
En traversant et au volant, me concentrer à 100% sur ma route, sans interruption,
En toutes circonstances, être pleinement à ce que je fais, même lorsque j’ai l’impression de ne rien faire : il y a toujours quelque chose à observer, à écouter, à apprendre, sur les autres, sur son environnement ou sur moi

 

 

Alors, parfois vouloir me débrancher …

debranche

Débranché 😉 – © Photo : The Tamarind Tree

 

Dans le travail que j’entreprends un petit peu chaque jour en développement personnel, je me rends compte de la nécessité de me recentrer sur l’essentiel pour être heureuse. Et désolée, cher iPhone SE, tu n’en fais pas partie. Malgré l’espace temporel que je t’ai laissé jusqu’à présent, tu n’es pas mon tout, ce n’est pas de toi dont je me souviendrai sur mon lit de mort ; ni de toi Facebook pour m’avoir montré les photos de vacances d’une copine baroudeuse ou le cocktail pris les pieds en éventail d’un copain se relaxant au bord d’une piscine ; pas toi non plus instagram qui me fait parcourir en plus de ces deux copains (#doublefluxdoublepertedetemps) les photos d’inconnus qui m’ont certes l’air bien sympathiques mais que je ne connais même pas dans la vraie vie.

J’ai donc envie, cher iPhone, de faire sans toi, parfois. (Non, en fait, j’ai envie de faire sans toi souvent, mais pour l’instant, je n’y arrive que parfois). 

 

 

Mais comment faire ?

Vous savez, qu’à la maison, nous avons réussis à nous passer totalement de la télé. Nous n’en avons plus et n’en sommes que plus heureux (Vous pouvez lire le billet que j’ai écrit à ce sujet ici, si cela vous intéresse).

Nous avons aussi trouvé un bon compromis quant à la gestion des ondes du wifi qui altèrent nos cerveaux (et surtout ceux, encore en construction, de nos enfants) en installant notre box loin de la chambre des enfants et en la coupant systématiquement lorsque nous n’utilisons pas internet. Certes, en appartement, nous subissons quand-même les ondes de nos voisins, mais toujours ça de pris, non ?

 

Me couper du téléphone est donc le nouveau « chantier » que je me lance. Ce que je fais déjà :

  • Je n’amène jamais mon téléphone à table pendant les repas (ni de me lever pour le consulter s’il bipe)
  • Je le laisse dans mon sac lorsque je suis invitée chez quelqu’un
  • Je le mets de côté lorsque je joue ou fais une activité avec les enfants
  • Je le coupe totalement en vacances, sans que cela me manque

mais je constate que j’aimerais faire tellement plus !

Je n’ai jamais été très réseaux sociaux, mais depuis le lancement du blog, je dois reconnaître que je m’y suis mise de manière assez intensive afin de relayer mes articles sur les différents media. Il y a un an, je me contentais d’un ou 2 posts par an sur Facebook et de regarder 2 ou 3 fois par jour ce que postaient mes amis. (J’avais même supprimé l’application de mon téléphone pour ne pas me laisser tenter au clic facile). Mais aujourd’hui, je poste plusieurs fois par semaine sur Facebook et Instagram, un petit peu sur tweeter et j’alimente le Pinterest de Maman du 21ème siècle. J’ai la chance de pouvoir y échanger avec les gens qui me suivent (ces échanges m’apportent beaucoup sur le plan éducatif et humain et j’en suis très contente) mais je souhaiterais rendre leur place à ces media, c’est-à-dire les utiliser pour échanger mais être capable de les couper plus souvent.

 

Voici donc les trois petites choses que je souhaite mettre en place (Je fais ma maligne, mais j’ai besoin de vos pistes sur ce point car il y a encore tellement à faire !) :

  • Me contenter de consulter mon téléphone uniquement 2 fois par jour (pendant la sieste des enfants et le soir une fois les enfants couchés). Pour cela, j’envisage de laisser mon téléphone dans une autre pièce afin d’éviter les tentations de répondre aux textos, consulter mes mails, aller sur les réseaux sociaux, etc.
  • M’octroyer des dimanches sans téléphone du tout, une fois par mois, et constater ensuite ce que ça m’apporte. Ici, il s’agirait tout simplement de le laisser en mode avion sur ma table de nuit du matin jusqu’au soir. L’idée serait ensuite de passer à un week-end complet par mois si je me rends compte que je m’en porte mieux (Nous avions fait la même démarche pour la télé lorsque nous avions commencé à vouloir la couper aussi et les bénéfices que nous en avions tirés alors avaient, de loin, dépassé nos attentes !)
  • Pour être moins tentée de le consulter dans la journée, limiter le nombre de photos prises avec mon téléphone (car une fois que je l’ai dans la main, je suis tentée d’en faire autre chose) et utiliser davantage mon reflex (même lors d’une balade au parc avec les enfants). Et les photos n’en seront que plus belles  !

 

Pour le reste, je compte sur votre aide pour me dire quelles pistes puis-je emprunter pour aller plus loin !

 

J’espère que me « débrancher »  me permettra d’avoir :

  • plus de temps pour moi, et donc de pouvoir profiter de mes temps libres pour savourer l’instant présent, faire un travail d’introspection, lire, méditer …
  • plus de temps et surtout plus de présence réelle pour mes proches (à commencer par mes enfants et mon mari), ce qui devrait favoriser une meilleure qualité de relation avec eux.

 

happy-family-time

Happy family time – © Photo : The Tamarind Tree

 

Je vous tiendrai informés de l’évolution de ma déconnexion. 😉

 

Mais en attendant, je propose à ceux pour qui le sujet est parlant, de vous lancer vous aussi dans le « débranchement progressif » avec moi. Êtes-vous tentés ? Quelles pistes pouvez-vous me donner pour couper et me recentrer sur l’essentiel au quotidien ? Partageons nos bons plans !

Encore une fois, je le répète, ce blog me permet d’échanger avec vous : laissez donc un commentaire ! Et si le sujet ne vous parle pas du tout et que vous ne souhaitez en aucun cas vous « débrancher » vous-mêmes, venez aussi en discuter avec moi 😉

 

À bientôt,

Céline.

 

united

 

2018-01-30T14:17:45+00:0029 janvier 2018|Vers une vie plus saine|20 Commentaires

20 Comments

  1. caro 29 janvier 2018 at 14 h 19 min - Répondre

    Ton article tombe à pic pour moi ! Je me sens emportée dans cette spirale… Je vais essayer de suivre tes judicieux conseils ! Merci !

    • Maman du 21ème siècle 30 janvier 2018 at 13 h 08 min - Répondre

      Je pense que nous sommes de plus en plus nombreux à trouver que nous passons, sans nous en apercevoir, trop de temps connectés …
      Tu me diras si tu y arrives et comment tu as fait. Quant à mes conseils, je ne les ai pas encore vraiment mis en pratique. Si tu en as d’autres, je suis preneuse 😉

  2. Sophie 29 janvier 2018 at 15 h 31 min - Répondre

    Cet article me parle définitivement, je m’y retrouve comme dans beaucoup d’autres de tes articles. D’ailleurs ton post sur la télé avait fini de me convaincre de la supprimer ! Ca y’est on l’a virée. En même temps depuis que ma fille est née il y a 7 mois nous n’avions pas touché la télécommande alors ça a été plutôt facile de la supprimer.

    • Maman du 21ème siècle 30 janvier 2018 at 13 h 12 min - Répondre

      Si tu savais comme ton commentaire me fait plaisir !! 😀
      Parfois, je poste des articles et j’ai peu de retours : je ne me rends donc pas compte si mes articles plaisent à ceux qui les lisent. Je suis donc super contente d’avoir des messages comme le tien. Et je suis très flattée d’avoir pu contribuer à supprimer la télé de chez toi 😉
      À bientôt.

      • Sophie 31 janvier 2018 at 20 h 34 min - Répondre

        En effet je suis une lectrice de l’ombre! Mais je te confirme que nombre de tes articles m’intéressent. Je les fais même lire à mon ami quand les sujets concernent la famille 🙂

        • Maman du 21ème siècle 31 janvier 2018 at 20 h 55 min - Répondre

          😀 Ah super ! Merci pour ta fidélité !!

  3. Chutmamanlit 29 janvier 2018 at 17 h 04 min - Répondre

    Ahlala, vaste sujet….

    J’ai un peu du mal avec le « anti-lien-social ». En famille, depuis mon plus jeune âge, je suis souvent « déconnectée » des autres parce que je suis dans le salon, au milieu de tout le monde, en train de lire mon livre. Ça passe un peu mieux parce que la lecture c’est « bien » et le téléphone « c’est mal », mais toujours est-il que ça fait 25 ans que j’aime être « déconnectée mais entourée » et je ne crois pas avoir envie de changer ça !

    Et pourtant, j’ai tout de même envie de réduire ma consommation de téléphone. Je n’aime pas n’avoir qu’une hâte en sortant de mon trajet de 30min de métro : regarder mon téléphone si j’ai un message. Comme si pendant ces 30 minutes, il avait pu se passer quelque chose d’urgent. (Je viens d’interrompre mon commentaire pour enlever les notifications d’emails sur mon téléphone, ce sera toujours ça !)

    Le piège, c’est que les réseaux sociaux se sont incrustés jusque dans ma vie professionnelle et mes hobbies.

    Instagram : c’est le réseau que j’ai choisi pour mon blog (car je crois bien que c’est indispensable aujourd’hui d’avoir ue présence sur les RS pour faire vivre son blog). Même si j’essaye de garder mon nombre d’abonnements très réduits (moins de 50) (tiens, j’en ai un de trop, je vais devoir faire le ménage) et mon nombre de publications aussi (une fois par semaine pour mon article hebdo + une autre fois si j’ai une photo en rab), je m’y connecte bien plus que ça… Oups ! Tiens, je vais essayer de réduire mon nombre d’abonnements à 30 et mes visites aux mercredis, ça devrait suffire !

    Facebook : pour mon plus grand malheur, ce réseau a totalement remplacé les forums. Ainsi, pour mon activité de photographe professionnelle, je suis en contact avec mes pairs uniquement via ce biais là, et j’aurais bien du mal à couper ce lien. Sans compter que ce réseau me sert aussi à communiquer pour ma propre activité… Ceci dit, mon excuse « usage professionnel » à bon dos puisque finalement, j’use et j’abuse beaucoup du scroll pour regarder mon flux…

    Enfin, le cas Twitter : je suis aussi designer en plus de photographe, un métier qui demande une veille constante. Impossible à faire sans twitter donc ! Là encore, l’excuse du boulot donc ! Sans compter que c’est sur ce réseau là que je fais beaucoup de veille féministe sur ce qui se passe dans le monde…

    Breeef, 3 réseaux, et beaucoup d’excuses pour y rester attacher. Mais j’ai bon espoir d’arriver quand même à réduire un peu cette année. J’aimerais notamment réussir à laisser mon téléphone dans le salon avant d »aller me coucher (comme ça, hop, ce ne sera ni mon dernier geste avant de dormir, ni mon premier !)

    • Maman du 21ème siècle 30 janvier 2018 at 13 h 20 min - Répondre

      Tu as raison : le livre peut « couper » aussi de son environnement, mais il ne te relance pas toute la journée pour te dire de le rouvrir et de lire 10 pages supplémentaires 😉
      C’est ça qui me déplait le plus : cette sensation surréaliste qu’on « rate » des trucs en n’étant pas connectée pendant 30 minutes. C’est une des principales raisons de cette diet cellulaire que j’ai envie d’entreprendre.
      Les réseaux sont parvenus à se rendre « indispensables », c’est ça leur force et notre faiblesse est d’y être devenu accro du coup … Je pense que le bon dosage est de les remettre à leur place en s’en servant d’outils utiles et non pas en devenant leur propre outil.
      Très bonne idée de limiter les abonnements insta (je suis en train de réduire les miens aussi ;))
      Merci pour ce partage !! 😀

  4. Amelie candy 29 janvier 2018 at 20 h 52 min - Répondre

    Article très intéressant!!!! Merci !!!! J’essaie aussi de limiter l’utilisation de mon téléphone quand je suis aves mes enfants. Ma grande déteste quand je suis sur mon téléphone!!!!! Et me le dis clairement!!!! Je n’ai pas de nouvelles astuces à t’apporter! J’ai essayé instagram il y a une semaine et je l’ai désinstallé. Je ne me sens pas à l’aise et préfère facebook! Je n’ai ni twitter ni snapchatt juste très fan de facebook!!!! Mais encore plus fan de mes enfants! En soirée j’ai du mal avec les gens scotchés sur leur tel donc je ne peux m’empêcher les petites remarques!!!! Genre  » hey les geeks on decroche? » J’hallucine aussi quand je vois les adultes prendrent des photos avec leur tablette à la piscine!!!!!!!!!!!!

    • Maman du 21ème siècle 30 janvier 2018 at 13 h 23 min - Répondre

      Des tablettes à la piscine ?!? … Aïe ! 😉
      Les enfants ont bien compris que nous étions complètement absorbés par nos « jouets », c’est pour ça qu’ils détestent quand ils nous voient dessus. C’est comme si nous étions happés par nos machines.
      Tu as raison, il vaut mieux désinstaller les applis avant d’en être accro. (Je n’ai pas non plus snapchat).
      Merci Amélie pour ton petit mot !!
      Bises.

  5. MamanDe4 29 janvier 2018 at 22 h 43 min - Répondre

    C’est la réflexion que je me fais, quel exemple donnons-nous à nos enfants ?
    Du coup, je ne l’ai pas souvent sur moi (l’avantage des poches trop petites !) et je jette un coup d’œil furtif régulièrement, ça me suffit. Chose que je fais beaucoup beaucoup plus également depuis le blog !
    Maintenant je ne l’ai plus prés de moi entre le moment où les enfants rentrent le soir et le coucher, pour profiter plus.
    Ton idee du dimanche par mois me plait bien, mais je le garderais allumer pour les appels et SMS. Pas trop prenants.

    • Maman du 21ème siècle 30 janvier 2018 at 13 h 29 min - Répondre

      C’est top de réussir à ne pas garder son téléphone près de soi une fois les enfants rentrés de l’école ! Ils doivent apprécier d’avoir leur maman vraiment pour eux !
      Je commence donc à faire ça aussi. Et je me suis rendue compte là, pendant la sieste, que j’avais reçue 21 messages sur messenger pendant la matinée. Je suis bien contente de les avoir découverts en une seule fois et de ne pas avoir entendu les notifications à chaque fois. Je pense ne pouvoir que gagner en qualité de vie en procédant ainsi.
      Chacun dose sa « déconnexion » comme il le souhaite et trouve les petites astuces qui lui conviennent, du moment que ça fonctionne pour lui. 😉
      Bises et merci beaucoup pour ton commentaire !!

  6. pellicule de vie 30 janvier 2018 at 11 h 18 min - Répondre

    Moi j’ai tout coupé.. C’est radical mais tant pis. Je me suis rendue compte du danger que cela pouvait engendrer. Mais il est vrai que quand on a des échanges journaliers avec les autres c’est difficile.. C’est mieux comme ça. Avant, pendant la sieste de mon baby boy, je regardais un film alors qu’avec les réseaux sociaux, ben j’étais tout le temps dessus donc voilà le constat. CA a pris une trop grande place et on en oublie l’essentiel et l’importance des échanges réels. C’est un bel article qui donne à réfléchir

    • Maman du 21ème siècle 30 janvier 2018 at 13 h 30 min - Répondre

      Merci pour ton message !! Je suis contente d’avoir les retours d’expérience de ceux qui ont déjà testé de se « débrancher » 😉
      Petite question : comment as-tu procédé pour tout couper ?
      Bises.

      • Pellicule de vie 31 janvier 2018 at 13 h 40 min - Répondre

        J’ai supprimer définitivement mon compte instagram, retirer l’application. C’est triste pour les gens qui me suivaient mais c’est mieux comme ça. Je ne regrette pas mon choix. Je n’avais que ça comme réseaux social et twitter. Twitter je l’ai gardé, je vais rarement dessus.. Bisous

        • Maman du 21ème siècle 31 janvier 2018 at 20 h 54 min - Répondre

          Bravo pour ce choix radical. Et tu n’as pas perdu de visites depuis ?
          Bises.

  7. Laurent 31 janvier 2018 at 10 h 25 min - Répondre

    Hello,

    Je suis de tout cœur avec toi dans cette démarche !

    J’ai la grande chance d’avoir été dans les premiers à avoir eu un téléphone portable, puis dans les premiers a avoir le tout premier iPhone (importé de Californie !) ce qui m’a finalement permis d’en avoir eu ral-le-bol un peu plus vite que la moyenne actuelle :o)

    Pourtant je te rejoins sur un point : depuis que je me suis lancé dans le blogging sur les différents réseaux sociaux, j’ai commencé à construire une habitude de consultation plus régulière en imaginant que c’est ce que je devais faire pour être un minimum présent.

    De mon côté, le téléphone est rarement à disposition à la maison car je n’ai jamais pris le réflexe de l’utiliser chez moi.
    Mais lorsque j’ai remarqué que cette règle s’effaçait suite à mes débuts sur instagram, j’ai décidé de diminuer ma présence sur la plateforme et y aller de manière bien plus ponctuelle.

    Sinon, tu en parlais, mais j’ai ressenti un plaisir immense à me remettre à cuisiner sans faire autre chose en même temps (à comprendre : sans lire un blog, regarder une vidéo, …) C’est vraiment dans ces moments-là que bannir le multitâche m’a apporté un maximum de plaisir !

    Tiens-nous au courant de la suite des événements !

    • Maman du 21ème siècle 31 janvier 2018 at 20 h 49 min - Répondre

      Oui, pareil avec instagram. C’est un peu le piège lorsque l’on tient un blog : si on disparaît des réseaux sociaux, on n’est plus suivi … Du coup, je limite désormais ma présence à 2 fois par jour (et tant pis si je ne « joue pas le jeu » des réseaux et de l’univers du blog … J’aurai moins de lecteurs, tant pis …)

      Notre société va vite et prône le fait d’être multitâches. Mais en étant partout, on finit par ne plus être entièrement présent nulle part. On s’éloigne de nos ressentis, on n’est plus à l’écoute de rien. Cuisiner sans rien faire d’autre, ou même écouter de la musique sans rien faire d’autre, quel bonheur ! 🙂

      Oui, je vous dirai 😉

  8. Madame Bobette 5 février 2018 at 16 h 11 min - Répondre

    Je suis exactement dans la même démarche que toi en ce moment! J’espère vraiment réussir! En tous cas ton article me donne de nouvelles pistes à explorer pour m’aider! On fait le pont dans quelques mois? 😉

    • Maman du 21ème siècle 6 février 2018 at 13 h 39 min - Répondre

      Oui, avec plaisir !!

Leave A Comment