Vivre sans télé

S’il y a bien un sujet pour lequel nous nous sentons marginalisés, c’est sur celui de la télé.
Avant même la naissance de notre Loulou, nous avons décidé de « balancer la télé » et, depuis,
nous ne l’avons jamais regretté.

 

Pourquoi ce choix

Une lente remise en question : de télévores à télésceptiques

Je me souviens avoir été, très jeune, accro à la télé. Je ne voulais, en aucun cas, rater mes petites émissions d’enfant (Club Dorothée et autres Hélène et les garçons, etc.). Et il me paraissait inconcevable de prévoir autre chose à l’heure de leurs diffusions. Mais à mesure que j’ai grandi, je me suis aperçue à quel point la télé pouvait constituer un obstacle à une vie de famille épanouie. Lorsque j’étais enfant, elle était allumée en permanence. À table, il n’y avait ni échanges ni discussions mais plusieurs personnes assises devant un écran qui mangeaient machinalement. Nous n’avons pas su profiter de ces instants précieux pour nous découvrir, discuter, partager. Je pense que nous sommes véritablement passés à côté les uns des autres et je trouve ça à la fois dommage et triste.

Lorsque Damien et moi avons emménagé ensemble, il nous a pourtant paru naturel, à l’un comme à l’autre, d’acheter une télévision. Nous avions tous les deux grandi avec et nous la considérions comme un loisir parmi d’autres, dont chaque foyer était doté de manière quasi automatique.

Or, nous avons rapidement été déçus de constater à quel point (à quelques exceptions près) les contenus proposés à la télévision étaient pauvres. Si certaines émissions nous plaisaient encore, nous prenions plus de plaisir à les regarder en replay qu’en direct. Nous échappions ainsi aux coupures pub qui nous semblaient de plus en plus longues et de plus en plus fréquentes. Le replay nous permettait aussi de ne regarder que ce que nous choisissions vraiment car nous n’étions pas tentés de regarder 5 minutes de l’émission suivante (qui se transformaient en 10, non 15 minutes ; oh, et puis nous pouvions attendre la prochaine coupure pub, ou même l’émission entière puisque nous l’avions regardée jusque là ; voire celle d’après qui n’était pas mal finalement, etc.). Le replay nous permettait donc d’être plus sélectifs et de nous « installer » devant la télé aux moments que nous choisissions et pour la durée que nous choisissions. Cela a eu pour effet de diminuer de beaucoup nos fréquences et durées d’utilisation. Et nous avons peu à peu fait le constat, qu’en fait, nous aimions ne pas la regarder.

Nous en sommes venus à tester des week-ends de « désintox » (un week-end par mois sans télé) et à chaque fois que ces week-ends s’achevaient, nous constations que, non seulement elle ne nous avait pas du tout manqué, mais qu’en plus nous avions eu le temps de faire toutes ces choses que nous ne pouvions habituellement pas faire. (Vous savez ces fameux trucs pour lesquels on se dit : « Rhho, j’aimerais bien trouver le temps de faire ça ».) Car, quoi qu’on en dise, on minimise toujours le temps qu’on passe devant la télé. Chacun pense en toute bonne foi y consacrer moins de temps que ce qu’il y passe vraiment. Et bien, grâce à ces week-ends sans télé, nous trouvions, de nouveau, du temps. Nous améliorions, à chaque fois, notre qualité de vie et nous en étions hyper contents ! Nous sommes donc ensuite passés à un rythme d’une semaine par mois sans télé …

Notre projet de déménagement

La remise en question a été plus poussée encore lorsque nous avons déménagé. J’étais alors enceinte de Loulou et nous avions décidé de ne pas installer de télé dans notre futur salon. Anticipant notre prochain aménagement, nous étions allés voir des cuisinistes pour qu’ils nous donnent leurs avis sur l’endroit où placer la cuisine dans la pièce de séjour. (Nous avions en tête l’endroit où nous souhaitions qu’elle soit – nous avions choisi l’emplacement qui nous semblait le plus adapté pour optimiser l’espace, circuler facilement et agencer le salon de manière sympa. Mais nous n’étions pas contre un avis extérieur pour nous conforter (ou non) dans notre choix). Et nous avons été très surpris de constater que la première question qu’ils nous ont tous posée a alors été : « Tout dépend où vous souhaitez mettre la télé. » (ou, variante) : « Alors, je pense que le mieux est de mettre la télé ici, donc, euh, la cuisine irait là. » Est-il raisonnable de trouver anormal de partir d’un grand rectangle noir (que je trouve, soit dit en passant, particulièrement moche comme objet) pour choisir comment vivre au quotidien et où installer les différentes pièces et meubles d’un logement ? En entendant ce type de remarque, n’est-on pas en droit de penser que la télé prend une place bien trop centrale dans nos vies (sans même que nous nous en rendions compte) ? Car, si regarder la télé peut être sympa, cela ne devrait-il pas rester un loisir au milieu d’autres loisirs (comme écouter de la musique, lire un livre, aller au théâtre, cuisiner, se prendre un apéro, faire du sport, aller se promener, jouer à un jeu de société, inviter des proches, aller boire un verre, aller au cinéma, se faire un petit resto, aller voir une expo, etc. ? Le problème avec la télé, c’est qu’elle prend très vite toute la place (que ce soit dans nos emplois du temps quotidiens ou sur les murs de nos intérieurs).

Alors, nous avons emménagé avec notre ancienne télé avec, pour projet, de nous en débarrasser lorsque nous serions installés. Nous nous en sommes tellement peu préoccupés que nous l’avons placée à un endroit par défaut pour qu’elle se fasse la plus discrète possible (nous ne voyions même pas l’écran entier lorsque nous étions assis sur la partie méridienne du canapé) et nous l’avons très peu regardée.

 

La naissance de Loulou

Et puis, Loulou est né. Et évidemment, nous ne souhaitions pas qu’il regarde cet écran. Les études sont unanimes sur les méfaits de la télévision tant sur le plan cognitif que social du développement de l’enfant. (J’approfondirai ces sujets prochainement dans un article dédié). Lorsqu’il était éveillé, notre télé restait donc éteinte et lorsqu’il dormait, nous avions toujours mille choses à faire : dormir nous aussi, manger, nous laver, faire des choses dans la maison ou pour nous, prendre du temps pour nous deux, alors, bien sûr, regarder la télévision n’était pas notre priorité.

À la même période, j’ai lu un livre qui m’a confortée dans mon choix de « balancer la télé », TV Lobotomie de Michel Desmurget. Certes, il s’agit d’un livre à charge mais il est plein de vérités plus accablantes les unes que les autres.

L’été suivant, nous avons donc emmené la télé dans l’appartement de vacances de la famille de Damien, et depuis, nous vivons sans télé …

 

Et depuis …

Au moment où nous nous sommes séparés de notre télé, nous admettons que nous avions un petit doute quant au fait qu’elle pourrait, peut-être, nous manquer un jour. Nous nous interrogions sur le fait que nous pourrions apprécier de regarder une émission ou un événement spécial en direct sur grand écran. Il n’en a rien été. Nous n’avons jamais regretté notre choix, pas une seule fois. Nous ne nous sommes jamais dits « ah mince, si seulement on avait eu la télé … ».

Depuis, nous avons gagné plein, plein de temps !!! Nous avons plus de temps pour faire ce qui nous plaît vraiment. Nous avons pu faire plein de travaux dans l’appart, pris du temps pour en choisir la déco, nous avons plus de temps pour trier et développer nos photos, faire de petits montages vidéos, lire, faire du sport, nous lancer dans de nouveaux projets (comme la création de ce blog par exemple), etc. Heureusement que nous n’avons plus la télé d’ailleurs, car les enfants mobilisent tellement notre temps et notre énergie, que nous ne pourrions plus rien faire en dehors d’eux si nous passions nos soirées devant la télé !

Et lorsque nous faisons quelque chose qu’il nous arrivait parfois de faire devant la télé (comme cuisiner par exemple), nous sommes désormais plus présents dans ce que nous faisons et nous profitons donc plus de l’instant présent. Et surtout, nous n’avons pas de bruit de fond désagréable qui nous détourne de ce que nous sommes en train de faire et nous fait perdre du temps. Le bruit de fond que nous avons (en dehors des enfants ;-)), c’est généralement une petite musique d’ambiance, apaisante, qui contribue à notre bien-être. Et avec des enfants en bas âge, c’est bien plus relaxant qu’une télé ! Nous écoutons d’ailleurs plus souvent de la musique (nous nous sommes mis aux vinyles, à Fip, TSF Jazz – ou encore Radiodoudou ;-)) et nous sommes beaucoup plus zens. Nous lisons plus, discutons plus, et finalement partageons plus.

Alors, certes, élever des enfants sans télé, c’est bien plus de boulot pour les parents : on n’a pas un moment de répit où l’on peut se dire « je suis épuisée, je mets les enfants 5 minutes devant la télé et je souffle » ou « je fais des trucs dans la maison tranquillement pendant leur dessin animé », mais c’est un choix que nous avons fait car nous sommes convaincus qu’il contribue à notre équilibre familial et à un développement plus sain de nos enfants.

 

vivre-sans-tele

Nous continuons de regarder, en replay sur l’ordi, certaines émissions qui nous plaisaient avant, mais le fait de ne pas avoir de « boîtier télé » fait que nous sommes bien plus sélectifs car nous faisons la démarche d’aller regarder quelque chose (que nous choisissons vraiment pour le coup), alors qu’avant, nous allumions la télé avant même de savoir quoi regarder. Nous sommes fans de séries télé : nous continuons donc d’en regarder certaines au lit tous les deux, mais, encore une fois, nous nous installons en mode : « attention, c’est soirée série » (et on n’allume pas machinalement une télé).

Quant à nos enfants de 1 et 3 ans, nous nous rendons compte qu’ils n’ont pas de grandes peurs (comme celles du loup, des monstres ou autres choses qui peuvent choquer les jeunes enfants à la télé). Ils n’ont jamais fait de cauchemar, s’endorment bien et ne se réveillent la nuit que quand ils sont malades ou qu’une dent pousse. Ils ne réclament jamais de produits industriels (jouets, sodas, fast foods, ou autres produits rabâchés dans les pubs télé). Ils sont curieux et notre grand adore lire et parler. Et je suis convaincue que l’absence de télé à la maison a contribué à tout ça.

vivre-sans-tele

 

Qu’en est-il chez vous ? Avez-vous fait ce choix un peu radical de supprimer la télé ? L’envisagez-vous ? Ou, êtes-vous, au contraire, très contents de l’avoir à la maison ?

Partageons nos points de vue ! 🙂

Bises,

Céline.

 

22 Comments

  1. caro 9 octobre 2017 at 9 h 53 min - Répondre

    Bravo pour cet acte courageux ! Je me rends bien compte chez moi aussi que, depuis l’arrivée des enfants, la télé est quasiment toujours éteinte. Quand sauterons-nous le pas ?!…

    • Maman du 21ème siècle 9 octobre 2017 at 13 h 05 min - Répondre

      Franchement, le plus compliqué, c’est de prendre cette décision (mais comme tu l’as lu, chez nous ça s’est fait progressivement). Après, au quotidien, on ne voit pas trop la différence (si on ne la regardait déjà plus trop avant). Tu me tiendras au courant si vous sautez le pas ?! Bises.

  2. Chutmamanlit 9 octobre 2017 at 10 h 01 min - Répondre

    Aaaah, la télé ! J’aimerais bien la bazarder, mais mon chéri n’est pas encore prêt. Alors, elle trône fièrement dans le salon, éteinte tous les jours de la semaine de 0 à 22h30. Et enfin quand le lardon est couché, parfois, on se regarde un épisode d’une série ou l’amoureux regarde une émission. Clairement, on pourrait s’en passer, ça fait 1 an et demi qu’elle ne sert plus. Mais mon chéri n’est pas encore prêt psychologiquement, alors elle reste là par sa présence…

    • Maman du 21ème siècle 9 octobre 2017 at 13 h 08 min - Répondre

      En fait, elle est surtout là pour rassurer psychologiquement ton chéri 😉 Il peut se dire « si jamais j’en ai envie, elle est là. » 🙂

  3. Berger Elsa 9 octobre 2017 at 11 h 29 min - Répondre

    Bonjour,
    Mon mari et moi avons grandi sans télé… c’était je pense encore plus atypique dans les années 80-90, et nous ne le regrettons pas.
    Nous n’en avons pas aujourd’hui (je crois que nous ne nous sommes même pas posé la question) et nos jumeaux de 3 ans grandissent sans… Avec internet, le replay, les DVD, on peu maintenant profiter (à petites doses) de l’audiovisuel sans télé, et effectivement je ne sais pas comment nous pourrions caser un « temps télé » dans nos emplois du temps très chargés.
    Elsa

    • Maman du 21ème siècle 9 octobre 2017 at 13 h 10 min - Répondre

      Oui, en effet, je pense qu’il y avait encore moins d’enfants sans télé quand nous étions petits. Mais c’est vraiment super que vos parents aient fait ce choix à l’époque ! Je pense que, lorsqu’ils seront plus grands, j’autoriserai les enfants à regarder de petits dessins animés choisis par dvd mais je trouve ça très différent du « système télé ».
      Merci beaucoup pour ton témoignage !

  4. Picou 9 octobre 2017 at 13 h 11 min - Répondre

    Je comprends votre démarche, j’avoue être bien moins extrêmiste. Nous avons peu à peu nous aussi basculé complètement sur le replay, choisissant ce que nous voulons voir, quand nous le voulons. Pour nous comme pour nos filles, que l’on laisse quand même regarder des dessins animés. Je ne crois pas qu’il faille diaboliser la télé, c’est comme tout, il faut savoir s’en servir avec mesure et modération! Il y a des programmes très bien, des dessins animés très bien et sans effets néfastes sur nos enfants. Sans tomber dans l’excès de prendre une télé pour une baby sitter, ça aide quand même par moments et pour le coup, en ce qui me concerne, je n’ai jamais vu d’effets négatifs chez mes filles – d’ailleurs quand je sens qu’elles sont trop « scotchées » ou que j’ai un doute, j’éteins.
    Après, je respecte tout à fait ton choix et si vous arrivez très bien à vous en passer, tant mieux! j’aurais pour ma part du mal à franchir ce pas là complètement.

    • Maman du 21ème siècle 9 octobre 2017 at 13 h 30 min - Répondre

      C’est sûr que de nous séparer de la télé a été une démarche radicale pour nous et nous avons conscience de faire partie d’une minorité de familles à vivre sans. Cependant, nous sommes très heureux sans télé, alors, pourquoi en achèterions-nous une ? Je pense que, comme tu l’as dit, l’essentiel dans son usage est de rester modéré (mais, je trouve qu’avec la télé, on a quand-même du mal à la couper, en tous cas c’était mon cas ;-)) et je comprends que ça dépanne les parents.

  5. Claire Rêves de fripouilles 9 octobre 2017 at 22 h 38 min - Répondre

    Nous aussi nous n’avons pas de télé! On en a jamais eu. avant d’avoir les enfants et même maintenant nous ne regrettons absolument pas notre choix. Nous faisons plein d’activité créatives, de cuisine, nous avons beaucoup beaucoup de livres que mes 4 enfants adorent feuilleter, observer, décortiquer et lire! Ne pas avoir de télé c’est la porte ouverte à tellement d’autres possibilités et à beaucoup de partage. Et mes enfants le vivent très bien! (on leur autorise tout de même de temps en temps un dvd mais vraiment occasionnellement qu’ils regardent sur le pc)

    • Maman du 21ème siècle 10 octobre 2017 at 14 h 18 min - Répondre

      Je partage à 100% ces valeurs et cette vision de la vie de famille et de l’éducation des enfants ! 🙂 Et pourtant, annoncer ouvertement que nous vivons sans télé nous fait immédiatement passer pour des marginaux comme si nous touchions à quelque chose de sacré … Et c’est justement ça que je trouve bizarre et qui me conforte dans l’idée que le rapport des gens à la télé (moi comprise évidemment lorsque j’en avais une), ne relève pas du simple loisir. Qui me considèrerait marginale si j’annonçais « vivre sans jeux de société », « sans platine », « sans faire de sport » ou « sans aller au cinéma » ? Peu de gens je pense. Mais lorsqu’on touche à la télé (qui est censé être un divertissement parmi d’autres), on nous regarde comme des gens d’un autre âge … Étrange …
      Merci pour ton beau témoignage !

  6. Familleenconstruction 17 octobre 2017 at 12 h 17 min - Répondre

    Article très bien écrit et très juste.
    Notre télé ne marchait plus à la fin de l’année dernière. Alors tout naturellement lorsque ma famille me demandait ce que je voulais pour Noel je répondais « un peu d’argent, on aimerait se racheter une télé ». Du coup en janvier en voici une nouvelle qui arrive dans la maison. Depuis que ma fille est là elle n’était allumée que le soir. Mais comme tu dis on l’allumait sans savoir ce qu’on allait regarder. On zappait jusqu’à trouver un truc sur lequel notre cerveau était pris d’assaut. Puis après un road-trip en Espagne en famille, en rentrant on s’est dit que l’on gâchait notre temps le soir devant cet écran, que l’on pourrait mieux profiter de nous. Je ne sais pas pourquoi c’est ce voyage qui a fait notre déclic, surement le fait de se retrouver sans rien comme distraction visuelle nous a fait du bien. Du coup début juin on a enlevé la télé de façon radicale. Et depuis elle ne nous manque absolument pas. Le replay est très bien pour sélectionner les programmes qui nous intéresse et le reste du temps on peut donc vaquer à d’autres occupations que nous n’avions pas le temps de faire (que nous prenions pas le temps de faire en réalité) avant.
    Et comme tu dis, sans télé il n’y a pas la facilité de mettre notre enfant devant un dessin animé le temps de faire telle ou telle chose. Les gens sont très surpris quand je leur dis que ma fille n’a jamais regardé la télé et encore plus quand je dis que nous n’en avons plus à la maison. La première question qui vient est « mais qu’est que vous faites le soir ? » comme quoi c’est vraiment devenu un compagnon de toutes nos soirées.
    Bref je pourrais continuer longtemps sur le sujet mais je comptais aussi en faire un article. Je mettrai toutes mes idées à plat et ça sera surement mieux écrit ^^

    • Maman du 21ème siècle 17 octobre 2017 at 13 h 29 min - Répondre

      Merci pour ton témoignage ! Je suis contente de constater que nous faisons exactement le même constat. Et je pense que nous sommes de plus en plus nombreux dans ce cas, malgré une grande incompréhension de la plupart des gens, car il faut reconnaître que nous sommes encore très très minoritaires ! Mais quelle amélioration de la qualité de vie !! Il y a un autre domaine où je pense que j’ai du chemin à faire et qui nous permettrait aussi de gagner du temps et d’avoir une vie familiale plus riche, c’est de réduire de beaucoup (voire de supprimer pendant les temps familiaux) le téléphone portable … Mais c’est un autre débat ! 😉

      • Familleenconstruction 17 octobre 2017 at 13 h 48 min - Répondre

        Je suis totalement d’accord avec ce deuxième point sur le téléphone/tablette. J’essaie de vraiment faire des efforts pour améliorer nos temps en famille par rapport à ça. Malheureusement mon chéri n’est pas encore prêt pour ça. Même si je pense qu’il existe beaucoup plus accroc que nous. Nous arrivons à ne pas le consulter pendant des week-ends entiers lorsque nous partons en vadrouille. Cependant à la maison c’est plus compliqué pour le moment. Mais c’est un combat à mener pour des moments plus tranquille en effet 🙂

  7. courtier immobilier perpignan 20 avril 2018 at 19 h 43 min - Répondre

    La TV a clairement été remplacée par Internet, et sans pour autant passer du temps à regarder des vidéos, car la radio m’accompagne une bonne partie de la journée, et sinon le soir j’adore la lecture, au calme …

    • Maman du 21ème siècle 30 avril 2018 at 14 h 31 min - Répondre

      Oui, ça fait tellement de bien !
      Chez nous aussi, Internet pour quelques rares émissions et l’ordinateur pour les séries télé. Et plus de lecture et du temps pour d’autres loisirs !
      Merci pour ce message !

  8. Zahra 12 novembre 2018 at 8 h 22 min - Répondre

    Après notre déménagement, j’ai décidé avec mon mari de se débarrasser de la télé, maman de quatre enfants en bas âge ( la plus grande a 6 ans) je n’ai beaucoup de temps a consacrer à la télé et je ne veux plus que mes enfants passent la journée devant la télé,
    Pour occuper les enfants j’ai trouvé des alternatives comme jouer à la patte a modeler,
    Mais que on va chez ma mère ils regardent la télé et j’ai plusieurs fois critiquée dans mon choix…

    • Maman du 21ème siècle 27 novembre 2018 at 14 h 48 min - Répondre

      Il y a tant de choses à faire et à partager avec les enfants dans une maison sans télé ! 🙂
      Quant aux critiques de la famille, je te rassure : tu n’es pas la seule à ne pas être comprise. Mais, peu importe : lorsqu’on est en accord avec ses valeurs, le reste n’a pas d’importance.

  9. Themadil 28 décembre 2018 at 17 h 15 min - Répondre

    Pas de télé chez nous non plus, et même si c’est de plus en plus répandu, je passe quand même pour une originale (bon je cumulé un peu parce que j’ai pas de voiture non plus…)
    Ça ne manque pas tant que ça, nous écoutons la radio pour les infos, et j’ai beaucoup plus de temps pour lire alors que j’avais l’impression d’en manquer. Et on a nos petites doses de télévision quand on va voir les grands parents 😉

    • Maman du 21ème siècle 14 janvier 2019 at 14 h 28 min - Répondre

      C’est sûr qu’à partir du moment où l’on choisit de faire des choix atypiques, on est vite perçus comme des originaux. Et pourtant : quelle satisfaction de, justement, faire des choix personnels, réfléchis et qui nous correspondent, plutôt que de se contenter de suivre le moule dans lequel nous avons grandi sans nous poser de questions.

  10. Thaïs 22 mars 2019 at 15 h 31 min - Répondre

    Nous vivons sans télé depuis 1 an et demi maintenant …depuis que nous avons emménager sur l’île de la réunion…nous ne le regrettons pas un seul jour. Nous avons pour projet de rentrer en métropole et de continuer à vivre sans télé…ce qui nous permet de faire plein d’autres choses !

    • Maman du 21ème siècle 12 juin 2019 at 22 h 04 min - Répondre

      Merci pour ce témoignage ! 🙂

  11. Thaïs 22 mars 2019 at 15 h 32 min - Répondre

    Emménagé*

Leave A Comment