Maman #18 : Cécile (With a love like that)

cecile-with-a-love-like-that-7

Cécile, du blog With a Love Like That, connue, entre autre, pour son sourire et sa joie de vivre,
nous raconte dans quel contexte elle est devenue maman
et l’importance pour elle de trouver un équilibre entre sa vie de femme et de maman.

 

Bonjour Cécile. Peux-tu nous raconter qui tu es et comment s’est construit ta famille ?

Je m’appelle Cécile, j’ai 35 ans (aujourd’hui) et je suis parisienne. J’ai rencontré l’homme de ma vie à 19 ans, Kévin (qui se prononce Kév – ain) et, depuis, nous sommes les plus heureux du monde (comme tous les amoureux quoi). Romie est venue agrandir notre famille il y a 2 ans et évidemment c’est la petite fille la plus mignonne de l’univers (oui je suis une maman très objective moi). J’ai plein de métiers mais mon activité principale du moment c’est la société de location de cabines photos Mister Like That que j’ai créée avec mon mari. Dans la vie, j’aime sortir découvrir les nouveaux spots de ma superbe ville autant que traîner dans mon canap avec un thé et mon gros matou.

cecile-with-a-love-like-that

cecile-with-a-love-like-that-2

 

Dans quel type de famille as-tu grandi ?

J’ai grandi en région parisienne avec mes parents et mon frère (la famille classique par excellence). Mes parents se sont séparés quand j’avais 17 ans mais ça s’est très bien passé pour nous. Ce que j’ai appris avec ma famille, c’est que les filles et les garçons avaient les mêmes capacités et droits et j’ai toujours reçu beaucoup de soutien dans mes projets.

 

Comment est né votre projet bébé ?

Pour ce qui est de ma vision de la maternité, elle était assez négative aha … en tout cas, j’avais tendance à n’en voir que les désavantages même si j’ai toujours adoré les bébés et les enfants. On a attendu longtemps (plus de 10 ans) avant de se décider et c’était le parfait timing pour nous. Au final, je m’attendais tellement au pire, que je trouve ça plutôt facile maintenant ! On dit souvent qu’il y a une différence entre ce qu’on imagine être en tant que maman avant de le devenir et ce qu’on sera réellement mais, pour le moment, je reste fidèle à moi même (peut-être l’avantage de ne pas avoir eu un enfant jeune). Je suis donc en admiration totale devant cette merveille de la nature, tout en continuant d’aimer mon temps pour moi, pour mon amoureux et mes amies !

cecile-with-a-love-like-that-4

 

La perte de ta maman, avant ce projet bébé, a-t’elle changé ta manière d’envisager la maternité ?

Ma maman est décédée l’année de mon mariage (plus précisément un mois juste avant …). Et ça a été un des moments les plus durs de ma vie avec l’année qui a précédée et les traitements contre le cancer. Ma maman était quelqu’un qui aimait profondément la vie et n’avait absolument envie de partir si jeune. Cette année a été épuisante émotionnellement (le rollercoaster émotionnel) car j’ai vécu le pire et le meilleur. Evidemment cela change la vision que l’on a de la vie et les petits détails ont moins d’importance. 6 ans après, elle me manque encore chaque jour et cela a été très difficile de m’envisager comme maman sans elle. Cela n’a donc pas accéléré mon envie de devenir maman mais peut-être même reculé car cela me semblait compliqué de ne pas partager ces moments avec elle.

La grossesse et l’accouchement ont été des moments difficiles pour moi. Il faut le dire j’ai détesté ça ! Pour ce qui est de ce que j’ai ressenti vis à vis de ma maman, j’en ai parlé dans plusieurs articles (qui m’aident chaque année à sortir ces sentiments dont finalement on parle peu plusieurs années après) : Devenir maman sans sa maman et, à la naissance de Romie, Être une maman sans sa maman

 

Quelle maman es-tu ?

Je pense être une maman à la fois fan de sa fille mais qui a besoin de continuer à être une femme. Pour moi, le plus important, c’est que ma fille remplisse son réservoir d’amour, qu’elle ait confiance en elle et qu’elle soit heureuse. Ça tombe bien, à 2 ans, on est heureux naturellement 🙂 J’ai toujours été quelqu’un de positif : déjà à l’école, on m’appelait le rayon de soleil, je ne sais pas faire autrement donc je ne reste jamais sur quelque chose de négatif. J’ai toujours tendance à me concentrer sur ce qui est positif. Par exemple, en ce moment, ma fille a 2 ans et comme tous les enfants elle a envie de s’affirmer, mais j’avoue ne pas le vivre mal car je trouve que cette période s’assortit de tellement d’autres choses super positives (le langage, les câlins sans fin, la rigolade…)

cecile-with-a-love-like-that-5

cecile-with-a-love-like-that-3

© Photos : With a love like that

 

Un très grand merci à toi Cécile d’avoir pris de ton temps pour répondre à mes questions … je vous souhaite de conserver, tous les trois, cette jolie joie de vivre et bonne humeur ! Et puis, bien sûr, et je crois que tu y accordes une attention toute particulière, un excellent anniversaire à toi !!!

 

À très bientôt,

 

Céline.

 

2018-12-13T14:32:41+00:0030 novembre 2018|Familles du 21ème siècle|0 Commentaire

Leave A Comment