Ce que j’aime vraiment

ce-que-jaime-vraiment

Encore un très beau livre qui met en scène Archibald et sa famille.
Les thèmes mis en avant ici sont le soutien inconditionnel et le développement de la confiance en soi.
Un joli programme !

 

Si vous me lisez depuis un moment, vous savez que j’adore la collection de livres bienveillants sur Archibald. Ils sont à la fois doux, drôles, positifs et les messages qu’on y trouve sont toujours pleins d’amour et de tendresse. Ce livre ne fait pas exception à la règle.

Le petit garçon y constate avec tristesse, que malgré l’énergie qu’il y déploie, il ne parvient pas à s’améliorer au tennis. Il finit par perdre confiance en lui et déclare « ne pas être doué ». Sa maman décide alors de profiter d’une promenade pour lui faire passer un message : l’oiseau qui chante remarquablement ne sait pas nager, le papillon que l’on se plaît à observer voler ne sait pas chanter, le pommier qui produit de délicieux fruits ne sait pas voler. Pour autant, nous ne croyons pas qu’ils ne sont pas « doués ». Personne ne peut pas tout réussir, mais si l’on trouve ce que l’on aime vraiment, on le réussira.

Une fois de retour chez lui, puis à l’école, le petit garçon s’attèlera donc à trouver ce qui pourrait vraiment lui plaire : il passe en revue toutes les activités qu’il pratique régulièrement : la cuisine, la danse, la peinture, le calcul, le judo, les expériences scientifiques … Et puis, un soir, alors qu’il ne cherchait pas, il a une illumination en voyant jouer un pianiste lors d’un spectacle de danse. Ce qu’il aime vraiment, c’est le piano. Ses parents, toujours pleins d’amour et de bienveillance, l’applaudissent lorsqu’il leur annonce avoir trouvé. Ils l’encouragent et le soutiennent ensuite, inconditionnellement, lorsqu’il s’entraîne, jusque tard le soir, lorsqu’il se décourage, parfois. Ils ont toujours confiance en lui. Alors, Archibald est confiant, lui aussi. À la fin de l’histoire, on le retrouve sur scène, avec son piano, face à une salle comble et, bien sûr, sa famille qui est venue le voir jouer.

 

Je ne sais pas si vous ressentez la même chose que moi, mais, à chaque fois que je découvre un livre de cette série, je suis chamboulée par la richesse des textes d’Astrid Desbordes et la force des illustrations de Pauline Martin. Elles mettent toujours le doigt sur des thèmes sensibles et cruciaux. Il est capital d’encourager et de soutenir nos enfants afin qu’ils ne perdent pas la confiance qu’ils portent naturellement en eux-mêmes. Les jeunes enfants sont capables de tout apprendre, de tout réussir pour peu que nous ayons confiance en eux et que nous leur fassions passer le message qu’ils y arriveront.

 

Bizarrement, Loulou n’a pas autant accroché avec ce livre qu’avec les précédents. Il ne demande que rarement à le redécouvrir. Peut-être que le sujet lui parlera plus dans quelques temps, lorsqu’il se posera, lui aussi, la question de savoir ce qu’il aime vraiment. En tous cas, (mais je pense que vous l’aurez compris), cela ne gâche en rien mon plaisir personnel lire et relire ce livre.

Et chez vous, qui le préfère ?
N’hésitez pas à échanger avec moi sur ce livre (ou d’autres 😉 ) en commentaires. C’est très motivant pour moi d’avoir vos retours !

 

Belle journée,

 

Céline.

 

ce-que-jaime-vraiment

 

 

Leave A Comment